Les magistrats et les avocats parisiens ont enfin fait la paix

Une grande nouvelle s’annonce dans le monde juridique, car on apprend que les deux grandes professions du droit viennent de faire la paix.

Après dix-huit mois de tensions exacerbées, le calme revient enfin

Rappelons que le déménagement du tribunal il y a 18 mois de cela a créé des tensions exacerbées entre les deux professions du droit à Paris. Effectivement les magistrats et les avocats ont enfin enterré le conflit qui avait entre eux et ils ont d’ailleurs promis de se respecter et de mieux échanger pour le bon fonctionnement du monde juridique dans la capitale.  

Une journée de travail qui a conduit à une bonne résolution

Les magistrats et les avocats parisiens ont choisi de consacrer une journée de travail en vue de chercher le moyen de stabiliser la tension et d’avancer à une relation plus saine et apaisée. Pour ce faire, ils ont fait en sorte d’aboutir à une résolution efficace qui leur permettra de mieux se comprendre afin de travailler ensemble de manière plus apaisante. Les assises ont été organisées le jeudi 14 novembre, au Palais des congrès par le barreau de Paris et le tribunal de grande instance de la capitale.

10 ateliers thématiques ont réussi à changer le climat

C’est effectivement autour de dix ateliers thématiques que ces deux professions ont réussi à apaiser les tensions qui ont duré pendant 18 mois depuis le déménagement dans le nouveau tribunal de la porte de Clichy qui a eu lieu en avril 2018. Parmi les thématiques traitées durant ces assisses, les deux professions ont insisté sur :

  • Le fonctionnement du tribunal.
  • L’accès aux magistrats.
  • L’audience pénale et bien d’autres encore.

Jeudi, le vice-bâtonnier, Basile Ader a indiqué que le client a changé, car tous ont voulu retrouver la base d’un bon fonctionnement d’une bonne entente : le respect, la confiance et la bienveillance. Comme cette journée n’était pas ouverte à la presse, avocats et magistrats ont pu chacun parler librement, ce qui leur a permis de sortir des propositions bien concrètes. Sans passer par leurs plus hauts représentants, les 400 avocats, sur les 29 000 inscrits au barreau de Paris et les 70 magistrats, sur les 500 que compte le tribunal ont pu dialoguer et aboutir à une bonne résolution.

Les magistrats ont évoqué leur charge de travail élevée

Certes, chacun a exposé les difficultés de leur métier, mais durant la thématique évoquant l’accès aux magistrats, ces derniers ont insisté sur le fait que leur charge de travail est bien élevée, sans parler de  la pression due aux journées qui se terminent tard, au manque de moyens et au travail rapporté le week-end à la maison. Pour expliquer aussi leur cas, les avocats n’ont pas manqué de raconter la pression dans le cadre de leur métier. Il arrive en effet qu’ils aient leurs clients sur le dos qui appellent trois fois par jour ou même plus pour avoir des nouvelles sur l’avancée de leur procédure. Les avocats ont aussi évoqué le stress de la gestion d’une telle activité libérale.

Les magistrats et les avocats parisiens ont enfin fait la paix
Retour en haut